Copy of La Valensolaise set, 18k white gold certified Fairmined, tanzanites and diamond, Provence collection - Courpré Joaillerie
 
 
 

« J’ai grandi au soleil, dans les recoins de mon jardin, sur les sentiers de randonnée, sur les plages d’hiver ou d’été. Partout, j’y ai trouvé un caillou, une pierre qui brille, un coquillage ou un éclat de verre. J’ai collectionné des trésors que moi seule comprenait et qui, peu à peu, ont éveillé chez moi un amour unique. »

 

Audrey FAISSAL n’a pas encore 3 ans lorsque sa mère lui offre ses premiers minéraux : 3 petits quartz roses polis. La petite enfant qu’elle est les garde précieusement sur sa table de chevet, comme des trésors éternels. Aujourd’hui encore, les pierres l’accompagnent toujours dans son sommeil, ornant ses attrapes-rêves.

 

« De cette curiosité pour la nature et pour ses détails est née ma passion pour les pierres. Fidèle à mes envies, celle-ci deviendra plus tard mon métier. »

 

Audrey a consacré son parcours professionnel à une seule chose : sa passion pour les pierres. Dès le lycée, la jeune femme vit ses premières expériences en ateliers de bijouterie, à Marseille et à Tripoli (Liban). Elle poursuit ses études à l’ESSEC à Paris, puis intègre le prestigieux Gemological Institute of America (GIA) à New York, où elle valide son diplôme de gemmologue et s’essaye au dessin mécanique de bijoux.

 

A son retour en France, Audrey aiguise son expertise du bijou au sein de l’atelier de fabrication d’une emblématique maison de bijouterie marseillaise. Entourée de personnes de plus de 20 ans de métier, elle apprend aux côtés des meilleurs le contrôle qualité, l’achat des pierres, et la réparation et transformation de bijoux anciens.

 

« En 2018, animée par un désir de partager mon amour et mon savoir, j’ai enfin réalisé le rêve de la petite fille que j’étais : dessiner et commercialiser mes créations joaillières. »

 

Un an plus tard, Audrey se lance dans l’aventure entrepreneuriale avec un concept de joaillerie qu’elle sait prometteur : Courpré est né. Aujourd’hui, la gemmologue souhaite décomplexer les codes de ce secteur encore un peu trop « vieille école » en apportant sa vision jeune et décalée.